John Gillot est le chef respecté d’une équipe courageuse et franche du collier, régiment armé garant de la réussite modèle de cet artisan boucher sous le feu des projecteurs. Le boeuf en macaron de la Boucherie Moderne qui flotte en étendard sur le boulevard Voltaire annonce la couleur. 


Il est la personne pour qui la robuste et fraternelle tape dans le dos a été inventée. Sous ses airs de chef de meute qu’on ne s’y trompe pas, John baisse rapidement les armes pour dire à qui veut bien l’entendre combien son boulot lui plaît. Loin de Candide, Voltaire aurait pu dire en le voyant que « sa physionomie annonçait son âme » : costaud comme il se doit, droit dans ses bottes, John à ce regard qui vous laisse entrevoir toute la confiance du monde. De la bienveillance à traiter avec égare au risque d’entendre pleuvoir quelques jolis mots sur fond de louchébem (argot des bouchers parisiens et lyonnais). De sa Picardie natale jusqu’à Paris en passant par Rungis, John nous ouvre les portes d’un monde qui tourne sous testostérone.