Dans le ventre de béton et d’acier du Nord parisien qui gronde sous les marteaux-piqueurs, fleurissent aux beaux jours des espaces poétiques où se réinvente la ville. La Briche Foraine est un de ces événements foutraques et imprévisibles qui vous crie de ne plus vous en faire et de redevenir le gosse que vous étiez autrefois ; question de bon sens. 


L’événement à l’imaginaire opulent et décomplexé déployé dans la fumée des barbecues et le rire des enfants - entre fête au village et théâtre de boulevard - est l’oeuvre d’une joyeuse famille d’artistes et d’artisans basés à Saint-Denis. La Briche, ancienne casse de fonte transformée en ateliers, est leur repère. Là-bas, on travaille absolument tout : le métal, le bois, le textile, la mosaïque, le vitrail, la mise en scène, le son… Il s’y trouve même un cabinet d’ostéopathie. 


Comme toute initiative artistique réussie, tout espace de liberté autoproclamé, la force de la Briche Foraine est de ne rien avoir attendu d’autre pour sortir de terre que sa faculté de créer. Chaque boulon de chaque attraction, chaque pièce ajoutée au décor jusqu’au joint de la tireuse à bière et les bretelles du capitaine sont le résultat d’un long travail dans le partage des savoir-faire.